Votre terrain subit régulièrement des inondations ? Serait-ce un milieu humide ? Un milieu humide est une zone inondée ou saturée d’eau assez longtemps pour que se développent une végétation et un sol particuliers. Ces milieux sont mondialement reconnus pour leurs multiples services écologiques. Ils jouent un rôle important notamment dans la purification de l’eau, la protection contre les inondations et le captage de carbone. C’est pour ces raisons qu’il est primordial de les protéger et de les conserver.

QU’EST CE QU’UN MILIEU HUMIDE OU HYDRIQUE?

Saviez-vous qu’au Québec, on estime qu’entre 40 et 80 % des milieux humides en zones agricole et urbaine ont disparu depuis le début de la colonisation ? Cette situation n’est pas unique au Québec : la perte des milieux humides est en fait un problème d’envergure mondiale.

Mais d’abord, qu’est-ce qu’un milieu humide

Un milieu humide peut prendre la forme. Ça peut être un étang, un marais, un marécage ou d’une tourbière. On reconnaît les milieux humides par ces deux caractéristiques

  • les sols imbibés d’eau, appelés hydromorphes, 
  • les plantes qui se trouvent dans un milieu humide nécessitent une quantité importante en eau. On qualifie ces plantes d’hydrophiles.

Et les milieux hydriques ? Il s’agit par exemple d’un lac, d’une rivière, d’un cours d’eau

POURQUOI EST-CE IMPORTANT DE PROTÉGER LES MILIEUX HUMIDES?

Vous vous demandez peut-être « pourquoi protéger ces eaux boueuses et infestées de moustiques » ? 

En fait, pendant des siècles, les humains ont détruit les milieux humides en les remplissant ou les drainant, jugeant qu’ils étaient inutiles et nuisibles au développement agricole et résidentiel. Ce n’est que récemment que l’engouement pour ces milieux s’est manifesté, soit lorsque l’on a découvert l’importance des services écologiques qu’ils rendent aux êtres humains et aux écosystèmes.

En effet, saviez-vous que les milieux humides sont considérés comme les poumons de la Terre ? En absorbant les polluants, les milieux humides filtrent naturellement l’eau, augmentant ainsi sa qualité. De plus, ils agissent comme une éponge en retenant les surplus d’eau provenant entre autres de la crue des eaux ou des précipitations, réduisant par le fait même les risques d’inondation, de sécheresse et d’érosion des berges. Finalement, ils constituent un habitat pour de nombreuses espèces et ils atténuent aussi les changements climatiques en séquestrant le carbone.

Avec l’accélération des changements climatiques, la multiplication des canicules et l’augmentation de la fréquence des inondations, il est impératif de préserver les milieux humides. 

C’est pourquoi depuis le 16 juin 2017 le principe d’« aucune perte nette » a été incorporé à la Loi affirmant le caractère collectif des ressources en eau et favorisant une meilleure gouvernance de l’eau et des milieux associés.

L’objectif d’aucune perte nette est d’éviter la perte de milieux humides et de viser des gains nets. Pour ce faire, on favorise le développement de projets qui évitent les milieux humides ou tentent de minimiser les impacts sur ceux-ci. S’il est impossible d’éviter de nuire à ces milieux, une compensation, généralement monétaire, est versée à un fonds de protection étatique pour le financement de programmes de création et de restauration des milieux humides. La compensation est la solution de dernier recours.

COMMENT FAIRE POUR PROTÉGER LES MILIEUX HUMIDES?

Vous voulez savoir ce que vous pouvez faire pour protéger ces milieux essentiels ? Voici quelques pistes : 

  • Si un milieu humide se trouve sur votre propriété, vous pouvez faire de la conservation volontaire. Vous pourriez faire désigner votre propriété comme une « réserve naturelle » par exemple.
  • Soyez vigilants. Si un projet compromet un milieu humide, demandez l’intervention du ministère de l’Environnement. Le ministère peut s’assure que les travaux ont été autorisés ou respecte les conditions imposées par un permis. 
  • Encouragez les autorités locales à promouvoir des politiques visant la protection des milieux humides.
  • Évitez d’épandre de l’engrais ou des pesticides près d’un milieu humide.

Pour en apprendre davantage sur les protections provinciales et fédérales des milieux humides et hydriques, ainsi qu’au sujet des outils à votre disposition pour assurer la protection de ces milieux essentiels, consultez nos articles !


 Attention : Cet article présente le droit en vigueur au Québec et est fourni à titre informatif uniquement. Il ne constitue pas un avis juridique et ne devrait pas être interprété comme tel. Pour connaître les règles particulières à votre situation, consultez un avocat.e.

Bien qu’appuyé financièrement par la Fondation du droit de l’Ontario, le CQDE est le seul responsable du contenu de cet article.