Il peut parfois être difficile de s’imager ce qu’est un milieu humide ou hydrique. Un milieu humide peut prendre la forme d’un étang, d’un marais, d’un marécage ou d’une tourbière. On reconnaît les milieux humides par leurs sols imbibés d’eau, appelés hydromorphes, et par leur végétation hygrophile, c’est-à-dire des plantes nécessitant une quantité importante en eau. Et un milieu hydrique? C’est ce qu’on s’imagine lorsqu’on pense à un plan d’eau. Ceci étant dit, les définitions plus formelles seront explicitées dans les textes de cette thématique.

Dans l’intervalle, mentionnons tout de même que les milieux humides et hydriques ont été mis à mal par le développement urbain. Risque d’inondations, baisse de la qualité de l’eau, prolifération d’espèces envahissantes, la destruction de ces milieux riches génèrent d’importantes conséquences. En effet, les milieux humides et hydriques ont plusieurs fonctions fondamentales et procurent de nombreux services écologiques pour nous, les humains! Ils filtrent l’eau, captent le carbone, régulent le débit d’eau, abritent une large biodiversité animale et végétale, et plus encore.

Afin de freiner la perte de ces milieux qui jouent un rôle de premier plan, et parce que l’intérêt collectif de les préserver est désormais reconnu, le principe d’aucune perte nette a été placé au cœur de la nouvelle Loi concernant la conservation des milieux humides et hydriques. Il est désormais temps de freiner la destruction de ces milieux précieux et de mettre de l’avant leur préservation.

Cette thématique permettra de vous familiariser avec ce qu’est un milieu humide, et un milieu hydrique. Vous en apprendrez également davantage sur les mesures législatives mises en place pour conserver, restaurer et créer ces milieux essentiels.  Vous êtes curieux dans apprendre plus sur le sujet, consultez nos articles!